Il était une fois

 Il était une fois

L’histoire remonte au 7 novembre 1869, il y a presque un siècle et demi. À 7 heures 25 du matin, devant le siège de l’organisateur la Compagnie parisienne, était donné le départ de la première grande course du sport cycliste. Une première course de « ville à ville », qui ralliera Paris à Rouen.

 

Ce matin-là ils sont 120 à s’élancer du pied de l’arc de triomphe sur la place de l’Etoile. Quelques heures plus tard, à 18 heures 10 précisément, le premier coureur coupe la ligne devant l’église Saint-Paul de Rouen. Il s’appelle James Moore, mais pour les foules il deviendra très vite le « parisian flyer ». Premier champion d’un sport doublé d’une industrie en plein essor. Moore vient de couvrir les 123 kilomètres en 10 heures 40, soit à une moyenne de 11,530 kilomètres à l’heure, sur une machine pesant 30 kilos approximativement...

 

Après une interruption provoquée par la guerre de 1870, ces courses de « ville à ville » ne cessent de se multiplier sous l’impulsion d’une presse avide de sensations. Le vélo se choisit des héros et les journaux se chargent d’en écrire l’épopée. En 1891, le journal Vélocesport conçoit et réalise le projet fou de rallier Bordeaux à Paris. Dans la foulée, Pierre Giffard, rédacteur en chef du Petit Journal, surenchérit d’un Paris-Brest-Paris long de 1200 kilomètres. De son côté, le quotidien Le Vélo lance un Paris-Saint-Malo, suivi aussitôt d’un Paris-Bar-le-Duc.

 

La technologie évolue et vite : les vélos ne pèsent déjà plus « que » 21 kilos et changer un pneu se fait déjà en... moins d’une heure. En 1896, on invente Paris-Roubaix. En 1901, Paris-Tours. En 1907, Paris-Bruxelles, et tant d’autres encore qu’il est même difficile de les compter.

Suivez-nous sur : Instagram Twitter Facebook Strava